in

7 causes psychologiques et physiques qui peuvent expliquer une baisse du désir sexuel

Crédits : iStock
Crédits : iStock
7 causes psychologiques et physiques qui peuvent expliquer une baisse du désir sexuel
Votez pour cet article

Aussi durs soient les efforts mis en place par votre Jules pour vous donner envie d’aller le rejoindre sous la couette, rien n’y fait, le moral n’est pas là ? Les fluctuations de libido, pertes de désir et autres manques d’enthousiasme sexuel sont très généralement psychologiques. Apprenez à les comprendre pour mieux les appréhender.

1/ L’absence d’orgasme

Forcément, quand on n’atteint que très rarement l’état de jouissance ultime, il est difficile de se motiver pour une partie de jambe en l’air quotidienne ! Le phénomène d’anorgasmie est cela dit différent de l’absence de désir car il est tout à fait possible de ressentir de l’excitation. Les raisons qui empêchent d’atteindre l’orgasme peuvent être diverses : difficultés à se laisser aller, culpabilité face au plaisir, manque de communication ou méconnaissance de son corps. En parler à un spécialiste peut parfois faire beaucoup de bien.

Crédits : AntonioGuillem/iStock

2/ Le vaginisme

Le vaginisme est un état souvent psychologique qui rend désagréable la pénétration, voire quasiment impossible, les muscles à l’entrée du vagin se contractant automatiquement. L’orgasme reste possible, mais seulement clitoridien, sans pénétration. Les sexologues reçoivent régulièrement des patientes atteintes par ce problème, pesant au sein du couple, et réussissent rapidement à leur rendre une sexualité épanouie. N’hésitez donc pas à consulter.

3/ L’apnée du sommeil

D’après certaines études, l’apnée du sommeil pourrait provoquer une baisse ou une absence du désir sexuel. Somnolence, ronflements, troubles de l’humeur ou de la concentration, cet état peut facilement se diagnostiquer, et être rapidement traité, permettant de retrouver le sommeil et une vie sexuelle épanouie.

Crédits : Pexels.com

4/ Les douleurs suite à un accouchement

Il est possible que la jeune maman ressente une nette baisse du désir sexuel suite à son accouchement, en raison des changements hormonaux et de la fatigue qui en découle au quotidien. Si une épisiotomie a eu lieu, il faudra attendre la cicatrisation complète avant de reprendre les rapports sexuels.

5/ L’absence d’excitation

Il faut distinguer frigidité et anorgasmie : la frigidité est l’absence totale d’excitation durant les rapports sexuels, tandis que l’anorgasmie peut inclure de l’excitation mais sans jamais aller jusqu’à l’orgasme. Encore une fois, la frigidité est souvent liée à une cause psychologique : conflits, manque de confiance en soi, méconnaissances sexuelles, etc. Pour lutter contre cet état, il est possible d’augmenter les préliminaires par exemple, ou consulter un sexologue pour comprendre les origines du blocage.

Crédits : G Point Studio/iStock

6/ Les mycoses

Les mycoses peuvent être un véritable frein à la vie sexuelle de nombreuses jeunes femmes, les muqueuses devenant rouges et les démangeaisons réduisant le plaisir sexuel. Mieux vaut s’abstenir le temps de la guérison pour éviter de transmettre le champignon à son partenaire. Mais tout devrait rentrer dans l’ordre après un traitement adapté.

7/ Les MST

Nombreuses sont les filles qui contractent une maladie sexuellement transmissible (MST) sans même le savoir. Lorsque les rapports sexuels deviennent douloureux sans raison apparente, n’hésitez pas à consulter votre gynécologue, cela peut en effet être dû à une maladie de ce type.

Crédits : Pexels.com
Crédits : Pexels.com

Source