in ,

Un vaccin contre le papillomavirus et le cancer du col de l’utérus : quels sont les risques ?

Crédits : FreeStockPhotos.biz
Un vaccin contre le papillomavirus et le cancer du col de l’utérus : quels sont les risques ?
noté 5 - 4 votes

Vous avez sans doute déjà entendu parler, au moins dans la bouche de votre gynécologue, du papillomavirus (ou HPV), cette affection qui se repère grâce aux frottis. Son vaccin associé protège les femmes et adolescentes du cancer du col de l’utérus et des verrues génitales. Cela dit, nombreuses sont celles qui hésitent à franchir le cap. Et il y a de quoi. Retour sur cette injection controversée.

Le papillomavirus, un virus sexuel que le préservatif ne protège pas à 100 %

Si vous avez le malheur de contracter un papillomavirus (HPV), il y a de fortes chances pour que ce soit votre partenaire particulier qui vous l’aie refilé lors d’une partie de jambes en l’air. Ce sont en effet les hommes qui contamineraient les femmes lors de leurs relations sexuelles. Malheureusement, le préservatif ne protège pas à 100 % du virus, la transmission pouvant se faire par simple frottement avec la partie génitale non couverte. Sans vouloir vous affoler, l’évolution du virus peut donner lieu à un cancer du col de l’utérus (qui évolue très lentement, heureusement), de la gorge ou de la marge anale, et à une poignée de décès chez les personnes les plus faibles. Mais rassurez-vous, tout cela est facilement évitable grâce aux frottis.

Un frottis tous les 3 ans pour anticiper

Le cancer du col de l’utérus est facilement évitable grâce aux frottis réguliers, à effectuer tous les trois ans à partir de 25 ans. Si vous êtes touchée, sachez que le taux de guérison des lésions pré-cancéreuses est de 100 %. D’où l’importance de ne pas rater ses rendez-vous.

Un vaccin contre le cancer du col de l’utérus existe

Depuis 2007, il existe plusieurs vaccins prévenant les risques de papillomavirus : le Gardasil, qui protège contre quatre souches de HPV, le Cervarix, contre deux seulement. Pour les jeunes filles âgées entre 11 et 14 ans, les résultats observés sont très bons. Les pays d’Europe qui ont mis en place des programmes de vaccination en milieu scolaire ont constaté une diminution importante du nombre de lésions précancéreuses. Les vaccins présents sur le marché assureraient une protection à 70 % des cancers du col de l’utérus, voire davantage pour les prochains.

Crédits : Wikimedia Commons

Quels sont les effets secondaires d’un tel vaccin ?

Le vaccin contre le papillomavirus reste assez controversé. Car, comme tous, il possède des effets indésirables peu agréables, mais sans gravité apparente.

  • réactions locales lors de l’injection
  • fièvre
  • malaises (à plus faible raison).

De plus, le vaccin a longtemps été accusé d’avoir un lien avec certaines maladies auto-immunes. Mais une étude menée par l’ANSM et l’Assurance Maladie a démontré que sur 2, 2 millions de jeunes filles, aucune augmentation de la survenue de cette maladie n’a été observée. Seuls de rares cas du syndrome de Guillain-Barré (atteinte neurologique temporaire) pourraient être liés à ce vaccin. Renseignez-vous auprès de votre médecin pour plus d’informations.

Source : Docteur Tamalou

Articles liés :

6 symptômes qui peuvent indiquer un cancer du col de l’utérus

Le cancer du col de l’utérus pourrait bien être éradiqué en Australie : un exemple à suivre

Le Dr Dominique Joubert Floch bouleverse la détection précoce du cancer