in ,

Syndrome de Choc Toxique (SCT) : La coupe menstruelle est-elle vraiment moins à risques ?

Crédits : Wikimedia Commons
Syndrome de Choc Toxique (SCT) : La coupe menstruelle est-elle vraiment moins à risques ?
noté 2 - 1 vote

Depuis plusieurs mois, la polémique autour des tampons prend de l’ampleur. En effet, après quelques cas de Syndrome de Choc Toxique (SCT), et un grand flou quant à la composition des tampons, les femmes ont tendance à se rabattre sur la coupe menstruelle, également appelée la cup. Mais alors quelle est la solution la plus adéquate et surtout la moins dangereuse pour la santé ?

Qu’est ce que la coupe menstruelle ?

La cup est un petit réservoir en silicone, qui se présente sous forme de cloche. Il suffit de l’insérer dans le vagin, et la coupe menstruelle recueille simplement le sang qui coule. Malgré une première utilisation souvent compliquée (la cup peut souvent être difficile à mettre la première fois), le système semble efficace, à tel point que le nombre de coupes menstruelles vendues ces derniers mois ne cesse d’augmenter, au détriment des serviettes hygiéniques et des tampons. En effet, la composition des tampons étant bien trop opaque, et contenant certains produits polluants, les femmes se rabattent sur des techniques plus transparentes et simples.

Qu’est ce que le syndrome de choc toxique ?

Le syndrome de choc toxique peut se manifester chez une personne déjà porteuse du staphylocoque doré. Le staphylocoque doré est une bactérie, présente chez plusieurs personnes (30 à 40% des individus, hommes et femmes), complètement inoffensive. Elle est généralement présente dans le nez, la gorge, mais aussi le vagin. Lorsqu’une femme porte un tampon, celui-ci peut alors « bloquer » la bactérie au niveau du vagin, et provoquer la production de nombreuses toxines dangereuses. Afin de limiter les risques, il est nécessaire de ne pas porter un tampon plus de 4 à 6 heures, et surtout de l’enlever la nuit, afin de privilégier le port d’une serviette hygiénique.

Coupe menstruelle ou tampons ?

Des études ont démontré que la composition des tampons ne serait en fait pas à l’origine de ces toxines et donc du syndrome de choc toxique. C’est en fait le mode d’utilisation qui pourrait être problématique. Ainsi, le fait d’utiliser une coupe menstruelle ne serait donc absolument pas une garantie d’échapper à coup sûr au syndrome de choc toxique (qui est cependant une maladie très rare). Les coupes menstruelles pourraient même être encore plus favorables à l’apparition du choc toxique, puisqu’elles stockent le sang dans le vagin, favorisant l’apparition de nombreuses bactéries.

Crédits : Gyn&co

Quelle solution adopter ?

Tout d’abord, il est important de rappeler que le syndrome du choc toxique est une maladie extrêmement rare, et qu’il n’y a donc aucune raison de paniquer. Cependant, il n’est pas négligeable de prendre tout de même certaines précautions au moments des règles :

  • Bien se laver les mains avant et après la pose d’un tampon / d’une coupe menstruelle
  • Ne pas garder un tampon / une coupe menstruelle plus de 4 à 6 heures
  • Penser à retirer le tampon / la coupe menstruelle la nuit, et privilégier une serviette hygiénique
  • Éviter les tampons super-absorbants, qui ne font que favoriser l’apparition de toxines

Source