in , ,

Comment certains vêtements issus du prêt-à-porter sont dangereux pour votre santé

Campagne Greenpeace
Comment certains vêtements issus du prêt-à-porter sont dangereux pour votre santé
4.2 (83.33%) 6 votes

Vous ne soupçonniez pas une seconde que ce petit top bleu marine acheté le mois dernier chez Zara pouvait avoir un impact aussi important sur l’environnement et mettre votre santé en danger. Et ça se comprend ! Quand aujourd’hui on vante, partout, l’agriculture biologique pour épargner sa santé des pesticides, on ne parle pas de la pollution vestimentaire, qui subit le même traitement. Alors certes, on n’ingère heureusement pas ses vêtements, mais on les porte cela dit régulièrement, à-même notre peau… Ce qui peut nous faire risquer quelques dommages collatéraux. Explications.

Les grandes marques de prêt-à-porter utilisent des substances toxiques cancérigènes pour fabriquer leurs vêtements

En 2011, Greenpeace réalise une enquête sur les substances chimiques utilisées par l’industrie de la mode pour fabriquer ses vêtements. Les principaux concernés : Zara, Armani, ou encore Levi’s. Pour réaliser cette étude, jeans, pantalons, t-shirts, robes et sous-vêtements ont été testés, provenant aussi bien des collections hommes, que femmes ou enfants. Le verdict est alarmant : dans près des deux tiers des vêtements, ont été découverts des éthoxylates de nonylphénol (NPE), des concentrations élevées de phtalates toxiques, des amines cancérogènes dans les teintures et autres produits chimiques potentiellement dangereux. Ces produits pourraient engendrer des allergies, plaques, éruptions cutanées voire des cancers sur le long terme.

Etude : Greenpeace

Des vêtements qui polluent aussi l’environnement

Les réglementations des pays sur l’utilisation de substances chimiques cancérigènes dans la fabrication des vêtement ne sont pas claires et peu rigoureuses. Ces produits dangereux sont alors rejetés dans les eaux usées par les ateliers de fabrication et se répandent dans l’environnement, la mer et les cours d’eau.

Crédits : Greenpeace

Les marques de prêt-à-porter font de nous des complices involontaires

L’industrie textile fait de nous des complices involontaires de la pollution mondiale : lorsqu’on lave nos vêtements, les résidus des produits chimiques contenus dans le tissu se répandent dans les eaux usées, puis dans la nature.

La detox vestimentaire, Crédits : Greenpeace

La solution ? Acheter d’occasion ou choisir des matières naturelles

En achetant vos vêtements d’occasion, ceux-ci ont déjà libéré leurs composants volatiles chimiques et vous risquez moins d’exposition si la matière de fabrication est un tant soit peu épargnée. Vous pouvez également choisir des vêtements aux textures naturelles, comme le coton, le chanvre, le lin ou le bambou, matières entièrement biodégradables (et même compostables). En plus, le marché du vêtement bio est en pleine expansion, et il est aujourd’hui très facile de trouver des pièces aux prix abordables. Alors, oui à la mode, mais saine et responsable !

Montage : 100Feminin.fr/Crédits : Greenpeace

Source