in

Scandale dans la fanzone : les tristes témoignages de filles harcelées après la finale de la Coupe du Monde

Capture vidéo : YASINKERIM1970/YouTube

Il y a de la joie dans les rues de Paris ce dimanche. Nous sommes Champions du Monde de football (au passage, nous l’avons aussi été dans d’autres sports cette année, mais ça, on en parle moins). Les Bleus ont réussi à remporter la dernière manche de la Coupe du Monde face à la Croatie. Un dénouement qui s’annonçait radieux, pourtant.

À Moscou, à Paris ou à Lyon, l’histoire semble se reproduire. Des centaines de tweets se déversent sur la toile suite à la victoire des Bleus, révélant des agressions et harcèlements sexuels dans la fanzone. Un scandale qui n’a pas eu l’air de choquer les supporters témoins de ces scènes révoltantes.

Juste après la victoire des Bleus, je me suis faite agressée par un supporter dans la rue. Il m’a embrassée de force en mettant sa langue dans ma bouche alors que je le repoussais violemment, me touchait les seins et mon entrejambe pendant que je me débattais.

On aurait plutôt imaginé des bagarres alcoolisées à la manière des Hooligans. Les plus pessimistes auraient aussi pu penser à un scénario catastrophe propice au terrorisme. Pourtant, les heurts se sont avérés plus ou moins isolés. Ce qui ressort de cet “after”, ce sont les tristes témoignages de filles abusées.

Coupe du Monde
Capture Twitter

Le #Me Too de la Coupe du Monde

Quelques mois après le phénomène #MeToo/BalanceTonPorc dénonçant le harcèlement sexuel dans le milieu professionnel, le scandale se reproduit. Des dizaines et des dizaines de tweets laissent à penser que la “culture du viol” est bien ancrée dans notre société. Mains baladeuses, attouchements, baisers forcés, les supportrices n’ont pas été épargnées. Les agressions se poursuivent dans le métro ou le RER, dans lesquels l’insécurité semble battre son plein. Et les fans ne sont pas les seules touchées. La journaliste mexicaine Mariana Zacarias, envoyée en Russie pour couvrir le match, annonce avoir été victime d’agression sexuelle trois fois en à peine quinze jours. Idem pour la Russe Loulia Chatilova, attrapée par un homme la contraignant à l’embrasser de force dans la rue. Les vidéos sont malheureusement là pour nous le rappeler. Et attester des dérives éhontées de ce moment qui promettait pourtant d’être bon.

Je remercie le mec qui va sûrement pourrir mes pensées pendant un moment, profitant pour me tripoter mon sexe et mes fesses pendant que j’étais à moitié inconsciente sur les Champs Elysées. Je suis mal, très mal.

 

Coupe du Monde
Capture Twitter
Coupe du Monde
Capture Twitter
Capture Twitter
Capture Twitter

Source : Twitter, Le Télégramme

Articles liés :

Le harcèlement ferait-il partie intégrante du job des pom-pom girls ?

6 astuces de protection insolites pour contrer les attaques et harcèlements

Harcèlement de rue : ils cachent une caméra pour montrer comment les témoins réagissent face à des propos sexistes