in ,

Règles menstruelles et croyances populaires : 9 interdictions débiles imposées aux femmes

regles menstruelles interdictions
Crédits : Pexels/Montage : 100Feminin.fr
Règles menstruelles et croyances populaires : 9 interdictions débiles imposées aux femmes
noté 3.3 - 3 votes

Les règles menstruelles ne sont pas tous les mois très sympas avec nous. Douleurs musculaires, crampes, maux de tête ou fatigue accrue, la période de menstruation n’est pas des plus faciles. Pourtant, on ne s’en plaint (presque) pas. Il faut dire que le tabou est là. Quelques siècles auparavant, une femme qui avait ses règles était considérée comme impure, indigne d’être touchée, voire approchée. Dans d’autres cultures, le sang des règles avait un effet bénéfique sur le corps et l’esprit, certains peuples allant même jusqu’à le boire ! Mais en “règle” générale, les menstruations n’ont jamais eu le bon rôle…

Le phénomène physiologique pourtant ô combien naturel des règles menstruelles a de tout temps été à l’origine de tabous culturels et croyances populaires. Et souvent, c’est l’idée d’impureté qui en ressort. Le sang semble faire peur, à en croire cette liste d’interdictions…

1/ Faire du canoë ou s’asseoir sur une chaise, Polynésie

Et ce ne sont pas les seules interdictions. Selon les rites, lors de leurs menstruations, les Polynésiennes ne doivent pas passer au-dessus d’une structure ou de la tête de quelqu’un (difficile à réaliser). Elles ne pouvaient pas non plus prendre place à côté d’un homme ou se trouver sous le porche d’une maison si un enfant s’y trouvait aussi. Le cas contraire, l’objet ou la personne se voyait contaminé.

Crédits : Pxhere

2/ Cueillir des champignons, France

En 1846, les catacombes de Paris étaient en partie vouées à la culture des champignons. Celle-ci était strictement interdites aux femmes, dont les règles menstruelles pouvaient “faire tourner et pourrir les plantations”.

Crédits : Pexels

3/ Se laver ou jeter ses serviettes hygiéniques à la poubelle, Bolivie

Les croyances autour des règles n’en finissent pas de décourager les pauvres Boliviennes. Encore aujourd’hui dans le pays, les jeunes femmes qui ont leurs règles n’ont pas le droit de se laver, ni de jeter leurs serviettes hygiéniques à la poubelle. La raison ? La peur de contracter des maladies et des cancers. Un long chemin reste à faire.

Crédits : Pexels

4/ Rester dormir chez soi, Népal

Dans certaines régions reculées du Népal, un rite ancestral interdit aux femmes de rester vivre dans leur propre foyer le temps de leurs menstruations. Celles-ci doivent s’exiler dans une hutte isolée pour éviter de “contaminer” leurs proches.

Crédits : Pixabay

5/ Adresser la parole aux hommes, Malawi

Un rite ancestral suivi par de nombreuses familles au Malawi. Les tantes des jeunes filles leur interdisent de parler aux garçons de leur âge quand elles ont leurs règles.

Crédits : Wikimedia Commons