in

Date d’ovulation : 5 astuces pour la calculer sans se tromper

Crédits photos : Pexels.com

Voici 5 astuces (relativement) simples qui vous aideront à calculer votre date d’ovulation, à la manière de vos grands-mères !

Connaître sa date d’ovulation permet en grande partie de faciliter la conception d’un enfant, et d’une autre, de faire au contraire office de méthode de contraception lorsqu’on a (à raison) arrêté sa pilule. Une manière de prévoir une pause entre ses parties de jambes en l’air (sans pour autant prendre des risques en période de non-ovulation).

1/ On prend sa température

La température corporelle joue un rôle prépondérant pour connaître votre période d’ovulation. C’est elle qui va vous informer. Prenez votre température tous les matins au réveil. Dans la première moitié du cycle (du premier jour des règles jusqu’à la date d’ovulation), la température est basse (entre 36 C° et 36,5 C°). Ensuite, elle monte (de 37 C° à 37,2 C°) puis reste constante jusqu’aux règles suivantes. Le moment de l’ovulation arrive juste avant que la courbe ne monte.

Si l’ovule a été fécondé, la température ne baisse plus. Mais ne vous limitez pas à cette technique sur un mois seulement, répétez l’opération régulièrement pour en avoir le cœur net et vous déterminer une moyenne.

date d'ovulation
Crédits photo : Pixnio.com

2/ On observe sa glaire cervicale

Non il ne s’agit pas ici d’aller se tâter le cou et les cervicales ! La glaire cervicale, c’est la substance sécrétée au niveau du col de l’utérus, qui change de texture tout au long du cycle, pour vous informer de la période d’ovulation. Après vos règles, elle sera blanche et crémeuse (bon appétit), presque solide. Puis elle se transforme en une substance plus liquide et légèrement élastique. Au moment de l’ovulation, sa consistance ressemble comme deux gouttes d’eau à celle du blanc d’œuf. À table !

3/ On se concocte un calendrier des règles

Notez précisément vos jours de début et fin de règles, ainsi que votre température, prise chaque matin, et tout autre signe physiologique probant, sur un joli cahier (on est plus coopérative quand on a de jolis outils). L’ensemble de ces indications devrait vous permettre de prévoir à peu près la date de votre prochaine ovulation.

date d'ovulation
Crédits : Pexels

4/ On surveille son pic de LH

Le LH, c’est, dans le jargon scientifiquement l’hormone lutéinisante. Au moment de l’ovulation, cette hormone est à son maximum. C’est ce pic là qui va même la déclencher. Vous pouvez, si vous en avez le courage, repérer l’hormone dans vos urines… Les tests de grossesse l’ont bien compris : c’est le principe qu’ils utilisent (plus facile pour vous que de galérer dans les toilettes, une coupelle à la main !).

date d'ovulation
Crédits : iStock

5/ On calcule sa date d’ovulation hypothétique

Maintenant que vous avez les informations nécessaires pour connaître votre corps, vous pouvez alors calculer la date hypothétique de votre ovulation, et la durée de votre cycle. La durée du cycle est variable d’une fille à l’autre. Ainsi, certaines auront des cycles de 28 jours, quand d’autres en auront de 30 voire même de 32 jours. La date d’ovulation dépend de cette durée. Si votre cycle dure 28 jours, l’ovulation devrait avoir lieu le 14e jour à compter du 1er jour des règles. Chez certaines, elle peut être plus courte et les règles peuvent tout à fait survenir 12 ou 13 jours après l’ovulation.

Certes plus contraignant que la plupart des moyens de contraception, mais une technique 2-en-1 on ne peut plus naturelle ! Faites tout de même attention et continuez à vous protéger… Pour celles qui l’utiliseraient en vue d’avoir un enfant, elle vous permettra de mettre toutes les chances de leur côté !

Articles liés :

Flux instinctif : des règles sans aucune protection intime, ce serait possible !

5 applications pour suivre de près sa contraception

Stérilet en cuivre : 8 bonnes raisons d’adopter cette contraception plus respectueuse