in

Quels sont les impacts de la lumière bleue sur vos enfants ?

©SeventyFour/iStock

À l’heure du numérique et de l’essor du nombre d’équipements multimédias dans les foyers, les nouvelles générations sont devenues ultra-connectées. Selon un sondage effectué en 2019 par Statista, les Français âgés de 18 à 34 ans passent près de 6 heures par jour devant un écran, soit une quarantaine d’heures par semaine.

Les enfants sont, quant à eux, familiarisés de plus en plus tôt à la manipulation des nouvelles technologies, comme l’ordinateur, la tablette et le smartphone qu’ils utilisent pour se divertir. Leur usage intensif est-il toutefois vraiment anodin ?

Qu’est-ce que la lumière bleue ?

Situées dans la partie visible du spectre électromagnétique, les lumières bleues et violettes possèdent une longueur d’ondes oscillant entre 380 et 500 nanomètres. Elles sont émises par des sources naturelles, telles que le soleil, aussi bien qu’artificielles, à l’image des LED et des écrans de nos appareils. Tandis que leurs variations les plus claires, proches du turquoise, sont bénéfiques pour l’organisme et le moral, les nuances les plus foncées, comprises entre 415 et 450 nanomètres sont nocives.

Quelles conséquences sur la santé des plus jeunes ?

Des effets néfastes sur les yeux

Sans protection adaptée, comme des lunettes anti lumière bleue pour enfant, une exposition prolongée et répétée au rétroéclairage d’un écran LED ou à cristaux liquides entraîne des problèmes oculaires. En effet, la formation complète du cristallin ne s’achevant pas avant l’âge de 14 ans, la lentille ne peut filtrer aussi efficacement les rayons lumineux néfastes. Ils s’acheminent alors vers la rétine qui les capte. Une sensation de sécheresse, des picotements, voire des douleurs, apparaissent alors rapidement.

Ces symptômes sont source d’inconfort, de fatigue et peuvent même favoriser à long terme le développement de troubles de la vision. C’est le cas de la myopie, d’un vieillissement ou d’une dégénérescence de la macula, située dans la rétine. En outre, des maux de tête ou des migraines surviennent parfois.

Une perturbation du cycle du sommeil

Lorsque les enfants observent des écrans sans lunettes anti lumière bleue peu de temps avant de se coucher, leurs ondes ont pour conséquence de perturber la production de mélatonine. Cette hormone, fabriquée par la glande pinéale dans le cerveau, n’est sécrétée que lorsque les yeux détectent l’obscurité. Elle a notamment pour rôle de rythmer l’horloge biologique, aussi appelée circadienne, selon l’alternance du jour et de la nuit. Ainsi, d’après une étude réalisée en 2002 à Harvard, intitulée « Blue light has a dark side », la période d’endormissement est beaucoup plus longue et le sommeil moins réparateur chez l’enfant exposé à une trop forte luminosité durant la soirée.

Des répercussions préoccupantes sur le cerveau de l’enfant

Les effets des lumières bleues et violettes sur le cerveau des tout-petits font actuellement l’objet de recherches. D’après plusieurs études présentées au congrès de l’European College of Neuropsychopharmacology en 2017, une exposition fréquente aux écrans avant l’âge de 4 ans aurait des conséquences désastreuses. Elle entraînerait des TDAH (Troubles du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité). Des difficultés à se concentrer et à mémoriser une information apparaîtraient également.

D’autre part, dans les médias, de nombreux spécialistes mettent en garde les parents contre l’incidence de ces nouveaux divertissements sur le comportement, le langage et la communication du bébé. Afin de lui permettre de se développer, il est nécessaire qu’il puisse expérimenter directement son environnement, à l’aide de tous ses sens.

lumière bleue enfant pc tablette
©SeventyFour/iStock

Des astuces efficaces pour protéger ses enfants

Une utilisation modulable des écrans selon l’âge de l’enfant

Afin d’éviter une surexposition, on recommande vivement aux enfants de se munir de lunettes anti lumière bleue et de ne pas regarder d’écran 2 à 3 heures avant d’aller dormir. Ensuite, les parents doivent veiller à adapter la durée de jeu à leur âge. Ainsi, l’écran est à proscrire pour les tout-petits jusqu’à 3 ans, puis à limiter dans la mesure d’une heure quotidienne entre 3 et 5 ans. Puis de 2 heures jusqu’à 10 ans. Par la suite, il sera nécessaire de contrôler le temps passé sur les appareils numériques.

Quelques gestes à adopter au quotidien

Même avec des lunettes anti lumière bleue pour enfant, il est important de conserver une distance suffisante avec tous les écrans. Pour cela, il faudra se placer à 60 centimètres de l’ordinateur et de la tablette, et à 3 mètres de la télévision. La luminosité s’adaptera selon le moment de la journée, en privilégiant les couleurs chaudes tirant sur le rouge et l’orangé avant l’endormissement. De plus, des pauses régulières s’observeront toutes les 30 minutes en incitant l’enfant à regarder au loin, à bouger et à changer momentanément d’activité.

mère enfant fille canapé téléphone smartphone lumière bleue
©Fizkes/iStock

Et vous, avez-vous déjà pensé à équiper votre enfant de lunettes anti-lumière bleue ? Partagez-nous votre avis en nous laissant votre commentaire !