in

Tableaux “menstruels” : Elle utilise le sang de ses règles pour faire de l’art

Capture Pinterest via dailymail.co.uk
Tableaux “menstruels” : Elle utilise le sang de ses règles pour faire de l’art
noté 3 - 10 votes

Les amateurs de tableaux d’art verront-ils rouge ou accueilleront-ils ce nouveau courant artistique à sa juste valeur ? Faire de l’art avec le sang de ses règles, avouez que c’était osé ! Et pourtant, elles l’ont fait.

Âmes sensibles s’abstenir. Si ces tableaux d’art ensanglantés peuvent être accueillis chaleureusement par certaines, les hématophobes pourront voir rouge. Que voulez-vous, il en faut pour tous les goûts ! (Ré)Utiliser le sang de ses règles pour faire de l’art, un recyclage plutôt insolite… Alors, vous achetez, ou pas ?

Des tableaux d’art à la seule force du sang de ses règles

Les règles restent un tabou de société, malgré les âges qui défilent pour le meilleur et pour le pire… Pourtant, les actions, coups de point ou pas (on se rappellera d’Irène, un leggings taché de sang pour exiger le remboursement des protections hygiéniques), sont loin d’être des cas isolés, pour sensibiliser ou dédramatiser tout ça. Dernière en date, les oeuvres d’art menstruelles, ou comment recycler le sang de ses règles de manière artistique ! Jess Cummin est une jeune Anglaise qui a décidé de peindre des tableaux avec son sang menstruel. Une manière de respecter la féminité et le pouvoir des femmes, selon elle.

Peindre avec le sang menstruel ne date pas d’hier

Si vous ne pouvez vous empêcher de penser à une lubie de militante féministe aguerrie, détrompez-vous, la peinture au sang menstruel ne date pas d’hier, et n’avait rien de contestataire. La jeune Britannique se serait inspirée d’anciennes pratiques traditionnelles remontant à la Préhistoire, qui consistaient à peindre des objets, des humains ou des animaux sur la paroi des grottes avec le sang de ses règles. On fait avec ce qu’on a… Selon le Daily Mail, l’étudiante aurait déjà réalisé plus de six toiles “menstruelles”.

Des peintures représentant des femmes

Les peintures de Jess (dont une trône fièrement dans son salon) représentent majoritairement des femmes. Les unes méditant, les autres dansant sous la lune ou s’adonnant à divers rituels. Si certains détracteurs qualifient sont travail de “dégoûtant”, la jeune artiste ne désespère pas un jour vendre ses toiles avant-gardistes.

Certains utilisent de l’huile ou du charbon pour peindre, je ne vois pas la différence. Les gens disent qu’ils se sentent mal à l’aise. Mes peintures ne sont pas dégoûtantes, ni le fait de peindre avec du sang, du moment que vous êtes propre et vous lavez les mains. D’autres disent que mes tableaux vont sentir mauvais, ce n’est pas le cas, mes peintures ne sentent pas. Toutes les femmes devraient tenter l’expérience, c’est cathartique.

Articles liés :

Protections hygiéniques : 5 moyens économiques et écologiques pour petits budgets

Les règles, c’est loin d’être sale ! 5 phrases assassines à dégainer comme une arme

Le sexe pendant les règles : 5 choses que vous ne saviez pas (et qui pourraient vous être utiles)