in

Violences conjugales : elle publie des photos de son visage tuméfié sur Instagram en réponse à son agression

Capture Instagram via Melissalgentz

Selon le Figaro, en France, une femme meurt tous les trois jours (un homme tous les quinze) des suites de violences conjugales. Au Brésil, les agressions sexuelles et violences conjugales seraient deux fois plus élevées.

Melissa Gentz est une jeune (et jolie) étudiante brésilienne de 22 ans, exilée en Floride le temps de ses études. Violemment frappée au visage par son petit ami, celle-ci décide de se photographier avec les coups assénés, et livrer son témoignage. Un combat au nom de toutes les femmes victimes de violences conjugales.

Une jeune femme qui n’a pas voulu se taire

Melissa n’a pas voulu laisser passer sous silence cet épisode de violences conjugales inacceptable. Elle a décidé de se photographier avec les coups portés au visage et de publier ses clichés sur Instagram, livrant son triste témoignage. Son agresseur, et aussi l’homme qui partage sa vie, Erik Bretz est un jeune héritier issu d’une riche famille brésilienne. Jaloux, agressif et alcoolisé, selon le rapport de police, celui-ci aurait frappé la jeune étudiante avec une bouteille, commençant par lui tirer les cheveux. Il aurait même été jusqu’à l’étrangler avec ses jambes. Triste constat : visage tuméfié, énormes bleus et sang dans les yeux, les photos parlent d’elles-mêmes.

Je ne vais pas cacher mes cicatrices et mon histoire. Les femmes ne devraient JAMAIS se sentir honteuses d’être victimes de violences conjugales.

Relâché contre une caution de 60 000 dollars après les faits, le suspect ne veut rien entendre. Il prévoit d’attaquer son ex en justice, qu’il accuse de l’avoir agressé en premier…

Le Brésil, un pays qui n’épargne pas les femmes des violences conjugales

Malheureusement, ce fait est loin d’être un cas isolé, et peu d’entre eux sont médiatisés ou relayés sur les réseaux sociaux. En août 2016, une vidéo diffusée sur les ondes choque le Brésil, enregistrée par les caméras de surveillance d’un immeuble. Une scène de violences conjugales des plus affreuses. Tatiana Spitzner, 29 ans se fait étrangler par son conjoint contre la carrosserie de sa voiture. Elle arrive à s’échapper mais son agresseur la poursuit jusque dans l’ascenseur de l’immeuble où il la projette contre les parois avant de l’achever.

Vous savez comme on a toutes un côté du visage qu’on préfère plus que l’autre. Pour moi c’est le gauche. Malheureusement, il a été gravement endommagé par la violence. Aujourd’hui, j’ai envie de me maquiller du côté droit… mais je ne cacherais pas mon visage. Nous n’avons pas le droit d’avoir honte.

Melissa Gentz

Si vous aussi faites ou avez fait l’objet de violences conjugales, osez briser la glace. De nombreux organismes sont là pour vous aider et vous écouter.
Source

Articles liés :

5 techniques de self-défense que toutes les filles doivent connaître

“Si elle ne s’est pas débattue, ce n’est pas un viol” : halte aux mythes sur les violences faites aux femmes

Des photos choc pour dénoncer les violences faites aux femmes