in

L’Écosse rend les protections hygiéniques gratuites : et nous, où en sommes-nous ?

©Ablozhka/iStock

Les protections périodiques représentent un coût important dans la vie d’une femme. Chaque mois, nous dépensons de sacrées sommes dans des serviettes et tampons hygiéniques ou encore des médicaments spécial douleurs de règles. Sans compter la pilule, pas toujours remboursée (mais ça, c’est un autre débat). Un ras-le-bol général s’est alors dessiné dans la sphère mondiale, amenant les femmes à revendiquer la gratuité des protections hygiéniques. 

Il existe de nombreuses protections périodiques à divers coûts. Les basiques sont sans aucun doute les tampons et les serviettes hygiéniques. Depuis peu, il existe aussi la fameuse cup, ou les protections hygiéniques lavables (culottes et serviettes menstruelles).Tout cela nécessite un coût important, et certaines femmes ne peuvent parfois pas se permettre de financer leurs protections menstruelles. La précarité menstruelle s’aggravant dans le monde, les mobilisations se multiplient pour permettre à toutes les femmes d’obtenir des protections périodiques gratuites.

La lutte contre la précarité menstruelle en France

Dans le domaine de la précarité menstruelle, les actions et revendications se multiplient, et notamment en France. Ainsi, sur le terrain, nombreuses sont les collectes organisées afin de récolter un maximum de protections hygiéniques dans les associations spécialisées. Des missions qui permettent de redistribuer ces produits d’hygiène féminine de première nécessité aux personnes en situation de précarité menstruelle. Ces personnes dans le besoin n’ont pas toujours accès aux serviettes, tampons ou coupes menstruelles, vendus à des prix relativement élevés dans notre pays.

sang des règles
Capture vidéo : 28 JOURS – Film Documentaire (2018)/YouTube

Un budget élevé pour se protéger du flux de ses règles

Ces revendications ont également permis de sensibiliser et de casser les tabous entourant les règles. C’est ainsi que plusieurs femmes se sont prises en photo sur les réseaux, affichant fièrement leur sang, sans protection hygiénique. Le but étant d’obtenir un remboursement ou encore la gratuité des protections hygiéniques. Au cours de notre vie, nous utiliserions environ 10 500 protections périodiques, soit un budget conséquent d’environ 2000 euros. Un coût non négligeable, qui n’est pas possible pour toutes les femmes…

remboursement des protections hygiéniques
Capture Instagram @Irenevrose

Certaines femmes ont opté pour une technique naturelle afin de diminuer leurs règles et moins utiliser de protections périodiques tout en améliorant leur santé. C’est la méthode du flux instinctif : cette technique naturelle qui consiste à contracter le périnée pour retenir le flux et le libérer aux WC, peut aider à réduire sa consommation de tampons et serviettes. Une alternative qui se travaille, mais qui s’avère très pratique une fois qu’on l’a maîtrisée !

Des avancées considérables dans certains pays : le cas de l’Écosse, qui a rendu les protections hygiéniques gratuites

Certains pays ont enregistré une avancée considérable en faveur de la gratuité des protections hygiéniques. Fin 2020, l’Écosse a adopté une loi consistant à la gratuité des protections périodiques. Le pays est ainsi le premier au monde à rendre les protections hygiéniques gratuites. Un tournant considérable à échelle mondiale. Espérons alors que les autres pays s’inspirent de l’Écosse, afin de développer petit à petit la gratuité des protections hygiéniques.

culotte menstruelle règles protections hygiéniques serviette gratuité périodiques
©Koldunova_Anna/iStock

Où en sommes-nous aujourd’hui ? La France en bonne voie

La France aurait tenté de s’inspirer de l’Écosse en avançant sur la question de la précarité menstruelle. Suite à la crise du COVID-19, de nombreuses femmes ont affirmé une telle précarité, et notamment les étudiantes. C’est ainsi qu’au mois de mars, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, a affirmé développer la gratuité des protections périodiques à l’Université.

Des distributeurs devraient ainsi être mis en place sur les différents campus de France, les étudiantes pouvant se servir à chaque période de règles. Nous ne sommes donc pas dans la gratuité totale des protections périodiques en France, mais observons une avancée considérable dans le domaine.

Et vous, quel budget octroyez-vous aux protections hygiéniques chaque année ? Quel type de protection périodique utilisez-vous parmi la coupe menstruelle, les serviettes & tampons ou le flux instinctif ? Partagez-nous votre expérience menstruelle en commentaire !