in

Pourquoi le rose est-il considéré comme la couleur des filles ?

Crédits : Pexels
Pourquoi le rose est-il considéré comme la couleur des filles ?
noté 5 - 1 vote

Personne ne pourra le nier : le rose est réservé aux filles, quand le bleu est associé aux garçons. Il n’y a qu’à observer les vêtements pour enfants des rayons des magasins, les produits “genrés” des géants du jouet ou encore les emballages girly des protections hygiéniques. Mais pourquoi cette attribution ? Car vous seriez étonné de savoir que cela n’a pas toujours été le cas. Alors, sexiste, ou pas ?

Le bleu, couleur du ciel

Dans l’Antiquité grecque, si l’on sautait de joie lorsqu’on attendait un garçon, en revanche, on ne cachait pas sa déception si l’heureux événement s’avérait être une fille… Car celle-ci était considérée comme une pénalité : ne disposant pas de la même force physique que les hommes pour les différents travaux quotidiens, les femmes coûtaient cher à entretenir. De plus, il fallait économiser plusieurs deniers pour leur mariage, la dot étant une pratique courante à cette époque. Avoir un garçon était donc considéré comme un cadeau des dieux, auxquels on  associait la couleur bleue, ayant élu domicile dans le ciel.

Crédits : Pexels

Au Moyen Age, le rose était réservé aux hommes quand le bleu était associé aux femmes

Au Moyen-Âge, la couleur bleue était celle de la vierge Marie, associée aux femmes et aux filles. Le rose, quant à lui, considéré comme rien de moins qu’un rouge pâle, était associé aux garçons et aux chevaliers. Les bas de chausse de ces derniers se déclinaient d’ailleurs souvent dans cette teinte. De quoi donner tort à tous les produits genrés !

Le blanc, signe de pureté absolue

L’histoire continue et c’est ensuite le blanc qui aurait prédominé pour les deux sexes. Celui-ci symbolise la pureté et l’innocence. Qu’ils soient fille ou garçon, il était courant que les enfants portent des vêtements de cette couleur.

Le rose revient à la charge sur les tenues des petites filles

Madame de Pompadour, favorite de Louis XV, tombe, au 18ème siècle, sous le charme d’un rose bien particulier dont le peintre belge Philippe Rouet en est l’auteur. Ce rose, d’une incomparable finesse, il le peint sur la porcelaine royale de Sèvres, que la duchesse a tout le loisir d’admirer ! Celle-ci l’aurait alors imposé dans toutes les pièces de Versailles, ainsi que sur les tenues des petites filles, les pots de chambres ou les couvertures. Le rose avait son avenir tout tracé : il allait incarner l’un des plus grands clichés sociétaires, les soi-disant valeurs féminines par excellence, à savoir la douceur, la beauté et la fragilité…

Crédits : Pexels
Source

Articles liés : 

Des prisons repeintes en rose pour calmer les prisonniers

11 façons de porter le rose avec style sans faire petite fille

Savez-vous ce que la couleur de votre urine veut dire ? 10 teintes décryptées