, ,

Le soutien-gorge est-il vraiment bon pour nos seins ? 7 bonnes raisons de ne plus en porter à la maison

Crédits : Pixabay
Le soutien-gorge est-il vraiment bon pour nos seins ? 7 bonnes raisons de ne plus en porter à la maison
3.4 (68.33%) 12 votes

Le soutien-gorge, un faux besoin ?

Chaque matin, vous enfilez machinalement votre soutien-gorge à la manière du jus de fruit que vous buvez ensuite au petit-déjeuner ou de la tartine de pain que vous avalez. Une routine vestimentaire que vous n’avez jamais vraiment remise en question. Et si le soutien-gorge, au lieu de soutenir nos seins, ne faisait au contraire que les rabaisser, voire, mettre en danger votre santé ? Une question que s’est posé quelques filles concernées par le bien-être de leur poitrine, dont certaines avouent mieux vivre sans lui. Voici quelques éléments de réponse qui devraient vous faire fuir les boutiques de lingerie.

1/ Le soutien-gorge comprime les vaisseaux sanguins de la poitrine

Même adapté à la taille de vos seins, le soutien-gorge comprimerait leurs vaisseaux lymphatiques, extrêmement minces, pouvant provoquer une accumulation de liquides toxiques. Lorsque ces petits vaisseaux sont fermés, ils délivrent moins d’oxygène et de nutriments aux cellules, et les déchets toxiques ne seraient pas éliminés correctement.

Crédits : Pixabay

2/ Ne pas porter de soutien-gorge renforce les ligaments des seins et les tonifient

Si vous portez un soutien-gorge en permanence, vous affaiblissez les ligaments de votre poitrine. Voyez-le comme ça : ainsi assistés, nos seins deviendraient paresseux. Si vous zappez le soutien d’un sous-vêtement pendant un certain temps, ces ligaments auraient alors la capacité de se raffermir. A condition de vous tenir droite !

Crédits : Pixabay

3/ Les femmes qui portent un soutien-gorge en permanence ont plus de chance d’avoir un cancer du sein que les autres

Même si aucune étude officielle ne certifie formellement que les femmes qui portent plus longtemps leur soutien-gorge auraient plus de chance de contracter un cancer du sein, il serait possible qu’un lien, aussi infime soit-il, entre soutif et cancer existe. D’après une étude publiée dans le livre anglais Dressed To Kill : The Truth Between Cancer and Bras (S’habiller pour Tuer : la Vérité sur le Cancer et le Soutien-Gorge), les femmes qui portent des soutien-gorge très serrés plus de 11 heures par jour auraient plus de risque de développer un cancer du sein que celles qui ne portent pas de soutien-gorge du tout. Pire encore : les femmes qui portent un soutien-gorge la nuit auraient 125 fois plus de risques. Ce phénomène s’explique par la pression qu’exerce le vilain bout de dentelle sur les vaisseaux, qui, comme on le disait plus haut, empêche l’action nettoyante du liquide lymphatique. Les soutien-gorge exercent aussi une pression sur les ganglions lymphatiques des aisselles qui produisent les cellules nécessaires à vous protéger des maladies.

Crédits : Pixabay

4/ Le soutien-gorge est un faux besoin, utilisé dans un but esthétique

Difficile aujourd’hui de céder aux diktats de la mode et de se débarrasser pour de bon de cette lingerie hors de prix offerte par notre chéri ! Le port du soutien-gorge est devenue une valeur ancrée dans notre société, et quiconque oserait s’en passer est considéré comme marginal. Pourtant, le soutif est tout sauf un besoin essentiel. L’avis du professeur Jean-Denis Roullion, médecin du sport au CHU de Besançon, c’est qu’il crée un faux besoin :

« Je pense que l’une des raisons pour laquelle les femmes portent des soutien-gorge est dû à la société moderne et à l’effet de mode qui sous-entendent que nos seins devraient ressembler à ce qu’on nous montre à la télé ou dans les magazines. S’ils sont trop petits, il faut porter un push-up, s’ils sont trop gros, il faut porter un soutien-gorge très serré pour les faire diminuer. Beaucoup de femmes aux très petits seins portent un soutien-gorge sans raison, seulement pour faire comme tout le monde ou pour faire croire qu’elles en ont de plus gros. Si seulement elles savaient le risque qu’elles prennent, tout ça à des fins esthétiques. »

5/ Ne pas porter de soutien-gorge vous permet de mieux respirer

Toujours selon le professeur Roullion, laisser votre poitrine à l’air libre vous permettrait d’améliorer votre respiration et votre posture.

Crédits : Pixabay

6/ Le soutien-gorge ne soulage pas les maux de dos

Au cours de son étude étalée sur une quinzaine d’années, Jean-Denis Roullion a constaté que les soutien-gorge n’ont pas du tout eu l’utilité attendue, particulièrement sur les grosses et très grosses poitrines, ne soulageant pas les maux de dos mais, au contraire, les intensifiant ! Et ils n’ont rien fait de plus pour empêcher le tissu mammaire de s’affaisser…

Crédits : Pixabay

7/ Avant 45 ans, ne pas porter de soutien-gorge permettrait de redresser sa poitrine

L’avis du professeur, c’est que le soutien-gorge est un faux besoin. Les résultats de son étude révèlent d’ailleurs que les femmes qui ont arrêté de porter un soutien-gorge constatent un redressement moyen d’environ 7 mm. Incroyable !

Crédits : Pixabay

Les astuces

Si jamais vous ne vous y faites pas, et n’arrivez pas à vous débarrasser de votre Wonder Bra, voici quelques astuces à prendre en compte pour limiter la casse :

  • Choisissez votre soutien-gorge sans armatures et pas trop serré.
  • Essayez de le porter le moins longtemps possible (débarrassez-vous de lui quand vous arrivez chez vous, et bien évidemment la nuit).
  • Massez vos seins régulièrement, surtout après les avoir libéré de leur carcan.
  • Ne dormez jamais avec votre soutien-gorge.
Crédits : Pixabay

Source